Synthèse des propositions écologiques

Partagez donc ...

Mettre en place dans notre village la transition indispensable aux changements c’est proposer des projets et des actions où chaque Couzonnais pourra devenir acteur d’un monde plus durable. Dans le concert de tous les échelons qui doivent agir, la mairie doit prendre sa part. 

En quoi consiste la transition écologique ?

Le champ de l’écologie dépasse celui du simple respect de l’environnement. Elle est un principe d’équilibre qui replace l’humain au centre de son milieu naturel, et qui prête attention aux liens qui le lient aussi bien à ce milieu qu’aux autres humains. Le respect de la nature passe par le sens de la coopération et de la solidarité.

Mettre en place la transition écologique, c’est passer d’un modèle qui prend en compte l’« environnement » de manière secondaire et détachée, à un modèle de décision qui se donne pour but de recréer les conditions de notre vie commune, en harmonie avec l’homme et la nature. C’est une habitude de pensée exigeante et épanouissante à la fois.

Agir au bon niveau

Pour cela, il n’y a pas d’échelle où il n’est pas pertinent d’enclencher cette transition : mondiale, européenne, nationale, régionale, métropolitaine, communale, individuelle…

Si chaque niveau doit agir, il est important d’identifier le juste rôle que doit jouer une mairie dans cette transition, selon ses compétences, en articulation avec les autres formes d’action publique.

Le principe directeur est celui de la transversalité : l’écologie irriguera l’ensemble des actions menées. Chaque décision d’investissement, chaque achat du quotidien, chaque dispositif sera orienté vers ce changement de modèle. La question écologique sera appliquée comme un filtre préalable à travers lequel toutes les décisions passeront.

Les principes d’action proposés

  • Faciliter l’accès aux dispositifs Grand Lyon, comme les aides à la rénovation.
  • Diffuser l’information sur la transition écologique à travers les moyens de communication de la mairie ainsi qu’à travers des événements réguliers (semaine sans écran, journée sans voiture, journée zéro déchet…).
  • Subventionner les initiatives écologiques avec des critères dédiés.
  • Lancer un ou des appels à projet en mettant à disposition un ou plusieurs lieux et équipements favorisant la création de tiers-lieux innovants par les habitants, avec un cahier des charges favorisant la transition écologique, la participation citoyenne, et développant de nouvelles formes de convivialité : café, épicerie solidaire, produits bio locaux à prix coûtant.
  • Créer un effet levier en encourageant les associations à avoir des comportements écologiques pour leurs événements : alimentation bio et locale, vaisselle sans plastique… Conditionner une partie des subventions à cela dans la charte.
  • Faire de l’école, le périscolaire et la cantine des lieux d’éducation à l’environnement et au développement durable : actions anti-gaspillage à la cantine, financement d’interventions, création de jardin pédagogique, acquisition d’outils pédagogiques, embauche d’un animateur qualifié…
  • Tendre vers le 100% bio et local à la cantine via une cuisine centrale ou une remunicipalisation de l’élaboration des repas.
  • Poursuivre la rénovation thermique du patrimoine bâti : salle des fêtes.
  • Penser les aménagements de voirie en priorité pour la circulation non-automobile. Limiter la vitesse à 30km/h à l’intérieur du village. Ne pas accroître les capacités de parking sans une réflexion globale sur les usages des transports.
  • Rendre la mairie exemplaire dans ses comportements quotidiens : déplacements des élus et agents, pratiques des espaces verts, achats, vins d’honneur… Mutualiser les moyens par l’intercommunalité de proximité pour les services techniques, les flottes de véhicules…
  • Favoriser la réappropriation de l’espace public par le citoyen : trottoirs larges, bancs, jeux, espaces de rencontre…
  • Préparer le village au changement climatique. Créer des espaces de fraîcheur en développant la présence de l’arbre dans la ville.
  • Plus généralement, favoriser la présence de la biodiversité sur l’ensemble du territoire communal : planter des arbres fruitiers, créer un jardin forestier. Créer un carré du cimetière végétalisé, arboré. Ne plus utiliser de pesticides, y compris au cimetière. Installer des habitats pour la biodiversité (nichoirs, hôtels à insectes…) et un refuge LPO.
  • Entretenir, valoriser les espaces naturels et agricoles des Monts d’Or. Favoriser la biodiversité et la cohabitation des différents usages.
  • Favoriser les nouvelles formes d’habitat dans les projets immobiliers par les moyens légaux à disposition (orientation d’aménagement et de programmation…) : biomatériaux, haute performance énergétique, habitat groupé, transports non motorisés…
  • Exiger de permettre les circulations piétonnes et les traversées publiques lors des créations de lotissements.
  • Produire de l’énergie en investissement partagé (centrale villageoise).
  • Stopper l’artificialisation des sols : tout projet doit être pensé dans cet esprit
  • Éduquer et informer sur le numérique, les écrans, sur les bénéfices et risques de nos vies et villes connectées : coût, santé, fiabilité des sources, vie privée, sécurité, écologie.