Manifeste pour Couzon – version zéro

Partagez donc ...

Voici la version martyre en vue de doter notre démarche d’une vision commune. Texte “martyr”, c’est-à-dire destiné à servir de base pour commenter ajouter, retrancher, modifier… et parvenir à une vision partagée. D’autres versions sont en cours d’écriture. Merci de faire vos remarques en commentaires de cet article.

 

Au fil des ans, Couzon se transforme. Village niché entre Saône et monts d’Or, voici qu’il est une partie de ce grand tout qu’on appelle désormais la Métropole.

C’est un fait : Couzon n’a plus rien de rural.

Pourtant, il est bien plus qu’un simple quartier, bien plus qu’un espace à urbaniser. 

Il est un village métropolitain.

 

On n’est pas Couzonnais par hasard. Qu’on y soit né ou qu’on y ait emménagé il y a un an, on est Couzonnais parce qu’on aime vivre ensemble. 

Parce que nous sommes villageois et villageoises.

 

Etre Couzonnais aujourd’hui, c’est vivre entre Saône et Monts d’Or.

 

C’est aimer vivre un peu moins vite qu’en ville, mais aimer la ville pour ce qu’elle nous apporte de cultures, de rencontres et de mélanges.  

C’est aimer la nature, prendre son vélo ou ses chaussures et inspirer un grand bol d’air.

C’est aimer les siècles d’histoire lisibles le long des rues du bourg comme des chemins forestiers.

 

Mais surtout, c’est aimer vivre ensemble.

C’est aimer nous croiser dans la rue pour discuter de la pluie et du beau temps. 

C’est aimer faire nos courses ici, au marché ou chez nos commerçants.

C’est aimer nous retrouver lors de rituels auxquels nous tenons, comme les Jeux interquartiers, le 14 juillet ou les vœux du Nouvel An. 

C’est cultiver nos affinités sportives, culturelles ou citoyennes dans les associations.

 

C’est considérer que la vie publique nous concerne tous et donner notre avis, discuter, débattre.

C’est se sentir responsable pour les autres, solidaires de nos voisins. 

C’est accueillir chaque année de nouvelles familles en amies, comme si elles étaient là depuis toujours.

C’est se penser aussi citoyens du monde, conscients de notre impact sur l’environnement.

 

C’est surtout vouloir rester villageois dans un Couzon où les Couzonnais se connaissent.

 

Couzon ne sera pas un village-musée, où la quiétude et la beauté des paysage ne soient qu’une valeur marchande en vitrine des agences immobilières.

Couzon et le Val de Saône ne deviendront pas un ghetto chic de la Métropole, derrière de hauts murs.

Couzon ne sera pas un village bétonné, goudronné, banalisé.  

Couzon ne sera pas un village asphyxié, où l’automobile ne laisse plus de place ni à la rencontre ni à l’air pur.

Nous ne voulons plus d’élus qui confisquent le pouvoir pour six ans et considèrent les affaires publiques comme leur chasse gardée.

 

Nous voulons des élus qui soient d’abord des villageois, facilitateurs de la vie démocratique pour tous.

Nous voulons des élus qui ne craignent pas l’échange et l’avis des autres villageois.

Nous voulons des élus qui prennent soin des associations.

Nous voulons une municipalité ouverte sur le village, qui instaure la transparence et la concertation, qui encourage les habitants à s’impliquer dans les affaires qui les concernent et à prendre des responsabilités.

 

Nous voulons cultiver la convivialité.

Nous voulons multiplier les occasions de se rencontrer, de vivre ensemble dans des espaces publics apaisés où l’automobile sera à sa juste place.

 

Nous voulons un village qui soit prêt aux changements climatiques à venir. 

D’une part il faudra cultiver la sobriété énergétique ;

d’autre part il faudra nous préserver des chaleurs intenses et des inondations.

Nous voulons que la commune aide l’école à cultiver les savoirs informels, l’amour de la nature, l’ouverture sur le monde, le numérique…

 

Nous voulons cultiver un urbanisme maîtrisé. 

Si le village doit être densifié pour que l’agglomération ne s’étende pas, c’est en conscience qu’il doit accueillir de nouvelles familles.

En choisissant la manière dont il grandira, 

En renforçant ses services et ses infrastructures. 

En faisant en sorte que les nouveaux Couzonnais deviennent comme nous, de vrais villageois. 

Nous voulons que le village conserve ce qui fait sa richesse : sa diversité de personnes, de toutes conditions, de tous âges, de toutes origines.